Marie Thiebaud

Advanced Structural Integration Practitioner of the Rolf Method

ÊTES-VOUS UN CANDIDAT?

Qu’est-ce que l’Intégration Structurelle?
La méthode Rolf ou Intégration Structurelle est un procédé de rééducation du corps à travers le toucher et le mouvement. Elle soulage en profondeur les stress récurrents et certains handicaps. Le but premier de l’Intégration Structurelle et de réorganiser la relation entre la pesanteur et le corps humain.

 

Quel est le rapport entre la pesanteur et l’Intégration Structurelle?
La gravité terrestre est la loi physique la plus puissante à laquelle le corps humain est soumis. Même si cette loi est largement connue de la plupart d’entre nous, bien peu réalisent qu’elle affecte aussi nos corps. L’un des effets notoires de la pesanteur sur toute masse malléable et flexible est de la rendre informe, confuse et d’en faire une masse sphérique. Etant donné que le corps est en grande partie malléable et plus large au sommet qu’à la base, il est directement
affecté par la pesanteur lorsque des déséquilibres se forment. La plupart de nos corps sont en état de déséquilibre. Lorsc ‘’’’que nous vieillissons, nous “rapetissons” et perdons peu à peu de notre souplesse. Ce sont toutefois ni nos os qui rapetissent, ni nos muscles qui perdent en souplesse, mais plutôt le tissu conjonctif qui change.

 

Qu’est ce que le tissu conjtonctif ?
C’est un tissu très fort et résistant, connu également sous le nom de système myofascial. Le tissu conjonctif est ce qui maintient notre corps en place. Tous les systèmes vitaux de notre corps, les systèmes circulatoire, digestif, nerveux, musculaire et osseux, ainsi que les organes, sont gainés par le tissu conjonctif. Un système conjonctif sain et équilibré se définit par sa souplesse, son élasticité, sa taille et sa résistance. Ce tissu est affecté par à la pesanteur, la maladie, les blessures, les traumatismes émotionnels et le simple stress quotidien. Tout cela cause, dans l’immédiat comme dans le long terme, un déséquilibre dans le système conjonctif. Lorsqu’un déséquilibre a lieu, les caractéristiques du système conjonctif sain sont atteintes. Un déséquilibre est matérialisé par le raccourcissement, l’épaississement, et la déshydratation du tissu conjonctif, ce qui à son tour affecte la mobilité de nos articulations et notre fonctionnement musculaire. Le plus souvent, cela se manifeste par des douleurs chroniques, des gênes, des raideurs musculaires, moins de souplesse et une mobilité réduite.


Le tissu conjonctif a une mémoire
Tout déséquilibre dans le corps - peu en importe la cause - a un impact sur sa structure interne et des effets cumulés sur le long terme. Le corps essaie certes de revenir à son état premier par lui-même, mais sans aide extérieure, il peinera à se réaligner. Lorsque l’on se foule une cheville par exemple, il semble tout naturel de la soulager en compensant avec l’autre cheville et en transposant le poids pesant sur la cheville foulée vers le côté sain du corps. Ce réflexe naturel modifie l’équilibre entre notre corps et la pesanteur, et refaçonne ainsi notre système neuro-musculaire. Les fonctionnements de nos systèmes nerveux, circulatoire, lymphatique, et musculaire sont alors altérés. Lorsque la cheville guérit et que la douleur disparaît, on s’imagine que nos mouvements et nos fonctions reviennent à la normale, ce qui n’est pas le cas. Ce nouveau “schéma” généré par le déplacement du poids du corps sur l’autre cheville a été enregistré et mémorisé au sein de notre structure, intégré désormais dans notre mouvement ; les vestiges de la blessure continuent alors de subsister
structurellement. A l’instar de cet exemple, notre structure peut être altérée et réorganisée par des habitudes aussi simples que de porter un sac lourd sur la même épaule ou de coincer son téléphone entre l’oreille et l’épaule. Afin de se tenir droit, le corps entier doit compenser et certains muscles sont contraints de rétrécir. Lorsqu’un muscle est contraint de rétrécir
régulièrement, il perd sa capacité à se relaxer et se retrouve en tension constante. Quand cela se produit, le tissu conjonctif a besoin d’être aidé pour retrouver son état sain, initial. L’Intégration Structurelle est alors très bénéfique.

 

Comment fonctionne l’Intégration Structurelle?
L’IS consiste à allonger et créer de nouveaux schémas dans le tissu conjonctif. Par conséquent, le tissu épaissi et durci redevient malléable, hydraté, et plus souple, retrouvant sa liberté de mouvement. L’IS soigne les compensations naturellement créées par le corps et réorganise les déséquilibres du tissu conjonctif/des fascias. Une approche tenant compte de l’effet de la pesanteur sur les couches des fascias musculaires aligne le corps et améliore sa posture. Le
corps s’allonge, laissant plus d’espace aux muscles et de latitude aux articulations pour fonctionner.


Quels en sont les bienfaits ?
L’IS est une démarche très personnelle. Il est important de le rappeler car personne n’est semblable à son prochain et chaque expérience et les bienfaits en résultants sont uniques. Il arrive souvent que l’on apparaisse plus grand et mince. Certains clients gagnent d’ailleurs entre 0,5 cm et 2,5 cm en taille. Les sensations de douleurs ou de gêne sont souvent soulagées. D’autres bienfaits sont à noter comme une plus grande souplesse, une sensation de légèreté et de fluidité, un meilleur équilibre, une meilleure respiration et plus de confiance en soi. 

 

Y a t-il des bienfaits au niveau psychologique ?
Alors que l’IS est de prime abord concernée par les changements physiques du corps, ses effets ne s’arrêtent pas au corps physique. Nous nous définissons aussi bien par des émotions, des systèmes de croyances et des habitudes que notre par notre présence physique. Tout est lié. Aligner notre structure physique permettra également de découvrir notre potentiel individuel. Les patients mentionnent souvent des changements positifs, une diminution de stress, une confiance en eux plus forte et une meilleure aptitude à s’adapter aux changements de la vie. De tels bienfaits sont rapportés tous âges confondus.


Que ressent-on lors de l’IS ?
En d’autres termes, “est-ce que cela fait mal ?”. Je constate souvent avec surprise que de nombreux gens qui n’ont jamais suivi d’Intégration Structurelle s’imaginent un processus douloureux. Cette opinion communément répandue date surtout des débuts de l’IS, lorsque le public commençait à s’y intéresser. Mais depuis, le processus s’est beaucoup amélioré. Les
sensations ressenties peuvent varier entre soulagement agréable et gêne passagère. Mon but est de faire en sorte que l’expérience de chacun soit un cheminement individuel. Ce développement est personnel, vous en êtes l’acteur, pas moi. Notre travail se fait de concert, à votre niveau et rythme.


L’Intégration Structurelle a t-elle un effet longue durée ?
Oui, mais cela va sans dire que, à l’image de notre vie, nos corps changent. Nos blessures, accidents, pathologies et notre stress émotionnel peuvent requérir en fonction plus ou moins d’attention.

Contactez moi

Badenerstrasse 717 | 8048 Zürich | Switzerland

Adresse